Tag: restauration peintures murales

St Gilles

Des travaux de restauration des peintures de la chapelle de la Vierge vont être entrepris. © PHOTO PHOTO J.-C. D.

Des travaux de restauration des peintures de la chapelle de la Vierge vont être entrepris.
© PHOTO PHOTO J.-C. D.

L’assemblée générale annuelle de l’association Saint-Saturnin s’est déroulée vendredi soir dernier dans la salle annexe de la mairie.

Quelques bonnes nouvelles ont été annoncées par le président Louis Darrieulat comme les travaux de restauration des peintures de la chapelle de la Vierge, qui vont débuter courant avril, sous la direction de l’artiste Marco De Meo. Pour le président de l’association, « c’est l’aboutissement de plus d’une année de réflexions, d’études, de rencontres, de recherche de financements. C’est le bonheur d’atteindre une réalisation concrète qui en appellera d’autres, nous en sommes convaincus ».

Un panel de manifestations

C’est d’ailleurs dans cette perspective que le président Louis Darrieulat a présenté les animations 2014 : la soirée jazz qui a eu lieu samedi soir dernier à l’espace culturel, le vide-greniers du 27 avril place de l’Horloge, le feu de la Saint-Jean le 24 juin en bordure de Garonne, une sortie début juillet à la découverte de sites pittoresques dans les environs, les journées du patrimoine des 20 et 21 septembre avec la venue le dimanche du groupe de clarinettistes Vents d’ébène, puis le samedi 4 octobre, en point d’orgue, un concert avec le magnifique quatuor Clarini. « Une année à nouveau riche en événements auxquels les Toulennais (es), nous l’espérons, s’associeront » dixit Louis Darrieulat

Jean-Claude Dupouy

Le bureau : Louis Darrieulat président, Anita Garnaud secrétaire, Françoise Géron adjointe, Françoise Dubédat trésorière.

Publié 

http://www.sudouest.fr/2014/03/22/ca-va-bouger-a-saint-saturnin-1500115-3207.php

Mgr Ricard a servi la messe devant la fresque restaurée au fond de l’abside. © PHOTO PHOTOS V. C.

Mgr Ricard a servi la messe devant la fresque restaurée au fond de l’abside.
© PHOTO PHOTOS V. C.

L’archevêque de Bordeaux Mgr Ricard a célébré samedi dernier la fin des travaux de l’église Saint-Pierre-ès-Liens. Un important chantier de restauration avait été entrepris.

amedi dernier, Jean-Pierre Ricard, cardinal-prêtre de Saint-Augustin, archevêque de Bordeaux, évêque de Bazas, pénétrait en l’église Saint-Pierre-ès-Liens de Sauternes pour y célébrer une messe marquant la find’importants travaux de restauration entrepris au sein de l’édifice religieux« C’est le chantier de notre mandature », déclarait Jean-Michel Descamps, maire de la commune. Et de rappeler que la municipalité a bénéficié d’un important don d’un particulier pour réaliser ces travaux spécifiques.

Les finances communales et une subvention de l’État au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux ont permis de mener ce chantier de gros œuvre à l’intérieur de l’église, mais aussi la restauration de la fresque au fond de l’abside, conduite par Marco De Meo, restaurateur de peinture de l’entreprise Res’art. Pour le reste de l’église, l’architecte Martin Mogendorf a choisi une peinture unie bordée de fines bandes de gris et d’orange dans le style du XVIIIe siècle.

Le cardinal Ricard constatait « une belle réussite, un lieu vivant, habité » et de féliciter celles et ceux qui ont participé à cette restauration. Puis, le prélat a souligné « qu’une église peut être riche de souvenirs personnels, mais sa dimension religieuse ne doit pas être oubliée. L’important est la communauté qui s’y rassemble. L’église est ouverte à tous ».

Au terme de l’office religieux, Lucie Fouquet, soprano, accompagnée d’Isabelle Lagors à la harpe, enchantait l’auditoire tout comme l’avaient fait durant la messe la chorale du groupe Louis Beaulieu des scouts de Langon et la chorale paroissiale de Langon, accompagnée à l’orgue par Michel Labrousse.

Pour clore cette matinée, le cardinal Ricard rencontrait ensuite les paroissiens sur le parvis de l’église Saint-Pierre-ès-Liens de Sauternes.

Publié par 

http://www.sudouest.fr/2014/01/21/l-eglise-s-offre-une-nouvelle-jeunesse-1435898-2932.php

Les enfants de L’Outil en main ont pu observer le travail de restauration de l’église. © PHOTO PHOTO S. N.

Les enfants de L’Outil en main ont pu observer le travail de restauration de l’église.
© PHOTO PHOTO S. N.

Les enfants de l’association langonnaise se sont rendus sur le terrain observer les applications que peuvent prendre les ateliers qu’ils suivent.

Les yeux des enfants étaient levés haut mercredi après-midi dans le chœur de l’église Saint-Pierre-ès-Liens de Sauternes. Guidés par René Dubernet, président de l’association Langonnaise L’Outil en main, et de professionnels du bâtiment, six des huit enfants sont venus observer le travail de restauration de ce monument dont l’abside date du XIIe siècle.

« Il est très important qu’ils découvrent ces métiers directement sur le chantier, insiste René Dubernet. Le restaurateur en peinture, Marco De Meo, et la peintre en décor, Véronique Lejeune, peuvent ainsi leur montrer que le travail en bâtiment peut aussi être une forme d’art. »

Avec minutie, Véronique montre aux petits âgés de 10 à 12 ans, comment elle trace un trait de peinture bien droit à l’aide d’un pinceau pointu. « À l’atelier, nous leur montrons ce que nous savons faire, précise le président de L’Outil en main. Mais ils ne se rendent pas toujours compte de l’application que cela peut avoir. Ce travail-ci est unique.

C’est quelque chose qu’il ne fallait pas manquer. » Ainsi, lorsque Yanis, Gautier, Élie, Charline ou Louis retourneront à l’atelier, ils pourront imaginer que la mosaïque qu’ils apprennent à poser pourrait s’intégrer dans une pièce, un lieu.

Voir les métiers autrement

« Ça fait beaucoup d’heure de travail, souligne Yanis, qui reste admiratif devant la grande fresque religieuse restaurée dans l’église. C’est très beau ! » Charline, quant à elle, est impressionnée par l’effet d’optique induit par la peinture bleue au plafond. « On a l’impression qu’il est plat, alors qu’il est recourbé. »

Pour eux, cette visite est une façon de voir les métiers de chantier d’un autre œil, et si l’objectif de L’Outil en main n’est pas nécessairement d’en faire des maçons ou des ébénistes, la restauration d’un tel monument pourrait bien susciter des vocations.

Publié par 

http://www.sudouest.fr/2013/12/14/l-outil-en-main-decouvre-la-restauration-de-l-eglise-1259396-2932.php

Le chantier a commencé début septembre et s’achèvera le 15 décembre. Un gros travail de restauration de fresques murales y a été effectué.

«Tout avait été recouvert de peinture blanche, durant le XXe siècle. » Marco De Meo, restaurateur de peinture, de l’entreprise Res’art, souligne ainsi l’étendue du travail réalisé en l’église Saint-Pierre-ès-Liens de Sauternes.

Le chantier de restauration de cette église classée monument historique, a été débuté en septembre et devrait s’achever autour du 15 décembre. « Je savais qu’il y avait des fresques sous la peinture, mais je n’en connaissais pas le dessin, précise Marco De Meo. Aussi, il a d’abord fallu dissoudre la peinture glycérophtalique qui recouvrait le mur. C’est un travail délicat parce qu’il ne faut pas trop en appliquer, pas trop longtemps non plus pour ne pas détruire ce qui se trouve en dessous. »

Petit bout par petit bout, le restaurateur a ainsi révélé une fresque sans doute peinte en badigeon minéral au XVIIe siècle. « Lorsqu’on découvre ce qui se cache sous la peinture, il y a une forme d’archéologie, compare Marco De Meo. C’est excitant de voir ces vestiges de plusieurs centaines d’années. »

Puis, vient le travail de restauration. Par endroits, la fresque biblique présentait de gros manques et des fissures. C’est là que tout le talent de restaurateur de peinture entre en jeu.

« Je ne peux reproduire que les parties manquantes géométriques, insiste l’artisan. Je ne peux pas imaginer des morceaux effacés, ce serait un faux artistique et un faux historique. À ce moment-là, je les laisse vacant. »

Comme un hommage à l’histoire qui parfois laisse s’échapper quelques-unes de ses bribes, de petits trous apparaissent dans la fresque. Elle n’en est pas pour autant amoindrie, puisque tout le travail de Marco De Meo consiste à sublimer l’œuvre d’origine. « Pour les dorures entourant la cène, je n’utilise pas de feuilles d’or, mais un mélange chromatique de vert, rouge et jaune donne l’illusion de doré, décrit-il. La seule différence avec les parties d’origine est que la nouvelle dorure ne brille pas. Mais le but est aussi de différencier le neuf et l’ancien. »

Pour le reste de l’église, le choix de l’architecte, Martin Mogendorf, s’est porté sur une peinture dans les goûts du XVIIIe siècle. Ainsi, les murs de l’église ont désormais une teinte unie bordée de fines bandes de gris et d’orange, soulignant les beaux vitrages d’époque.

Enfin, boiseries et plancher de la sacristie notamment, ont eux aussi connu un coup de neuf. L’église devrait ainsi rouvrir ses portes au public, fin décembre.

Publié 

 http://www.sudouest.fr/2013/12/12/nouvelle-parure-pour-l-eglise-1256715-2932.php

Contact

N'hésitez pas à m'envoyer un message pour toutes demandes d'informations.

Nom
Email
Message

Votre message a bien été envoyé
Erreur! Merci de remplir l'ensemble des champs du formulaire de contact
© 2017 Rest'art - mentions légales - Site Internet par MC